Entêtons-nous, et parlons enfin : FUGUEUSES, Histoires de femmes qui voulaient partir

Après Cannes 39/90, une histoire de festival par la Compagnie Y – associée au Théâtre du Point du jour – le Festival Les Entêté.e.s présente son deuxième spectacle. Ce n’est plus une histoire mais des histoires, celles de femmes qui ont pris la fuite : FUGUEUSES – Histoires de femmes qui voulaient partir est présenté du 23 au 24 juin au Musée Gadagne.

Écoutons ce que l’on ne voit pas

Les premiers mots nous viennent, alors que nous sommes encore plongé.e.s dans le noir. La lumière demeure absente, pendant une phrase, puis deux. On cherche d’abord des repères, les yeux se baladent d’un mur à l’autre. Non, il n’y a rien à voir. Le noir, seulement le noir. Osons alors enfin fermer les yeux, et laissons-nous porter par le récit de ces femmes.

Une voix nous narre un récit, son récit à elle, le jour de sa fuite. Il fait nuit, comme dans cette salle, il est tard, mais la soirée n’est pas encore terminée. Pourtant il faut fuir, c’est le corps qui nous le dit. C’est lui qui oppresse, qui gêne. Il faut partir. C’est ce que nous transmet cette voix, très claire, très nette, paradoxalement sûre d’elle. Nous écoutons ses gestes, ses angoisses. Les yeux sont toujours fermés, mais tous les mots cognent dans le corps, tout résonne. Nous partons avec elle, à bord de sa voiture, direction nulle part, ou partout, sauf ici.

Festival Les Entêté.e.s, du 15 juin au 10 juillet 2021

Vous n’êtes pas seule

A l’image d’un road-movie, la voix nous emporte avec elle, dans sa traversée nocturne. Une lumière chaude lui donne désormais un corps, et en dévoile un autre, celui qui livre une parole seconde depuis les premiers mots : une violoncelliste. La partition accompagne la fugue, les kilomètres défilent, le nom des routes empruntées s’enchaînent, le rythme suit parfois celui de la course.

Puis se joignent à elles d’autres voix, issues du réel. Ce sont des voix multiples rencontrées pour la création de ce spectacle. Elles racontent toutes une fugue, et aussi, son impulsion. Pourquoi fuir ? Qu’est-ce que cela fait, dans nos corps, cette fuite ? Si chaque histoire est singulière, de la fugue vécue ou rêvée, elles ont toutes cette même nécessité, partir. Quitter ce lieu où trop souvent elles sont assignées, la maison. Quitter ses murs, quitter ce quotidien, mais aussi quitter les autres, abandonner ce lien, pour un instant au moins, une nuit, ou une vie entière. Si ce désir est considéré comme inavouable, il trouve ici sa place, dans l’habitacle de la voiture, ou dans l’intimité de cette salle, où pourtant, les corps se mélangent. Le dispositif sonore et théâtral rend possible l’émergence de ces voix de femmes venues témoigner. Nous pouvons ici les écouter, et créer nos propres images de fuite et de liberté.


FUGUEUSES – Histoires de femmes qui voulaient partir est une création de Judith Bordas et Annabelle Brouard, produite par le Théâtre du Point du jour. Le violoncelle est joué par Aëla Gourvennec, le jeu est interprété par Angélique Clairand, et les lumières sont composées par Quentin Chambeaud. Le spectacle se joue à 18h30 au Musée Gadagne, le 23 et 24 juin. Pour réserver, c’est juste ici.

Le Festival des Entêté.e.s se déroule jusqu’au 10 juillet au Théâtre du Point du Jour et dans d’autres lieux de la métropole.

Article rédigé par Marie Robillard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s