Rencontre avec Kitch et Wheobe : « Qui ne voudrait pas se retrouver dans un studio avec Jack White ?! »

À l’occasion de la release party de NEW STRIFE LANDS, le nouvel album de Kitch, (Léo, Dan, Thomas et Adrien), on a rencontré le quatuor lyonnais en compagnie de leur première partie, le groupe jurassien Wheobe (Swann, Matthias, Ivanoé et Matthieu). Une discussion à 8 voix autour de leurs influences, artistes incontournables et découvertes musicales.

Avez-vous écouté l’album de l’autre groupe ? Avez-vous un morceau préféré ?

Swann (Wheobe) : J’ai écouté d’une traite mais je n’y suis pas revenu. Je n’ai pas énormément de souvenirs mais j’ai adoré les live sessions.

Et vous Kitch ?

Léo (Kitch) : On a écouté bien sûr ! Dès qu’Alice nous a envoyé… On ne connaissait pas, on cherchait des groupes et puis elle nous a parlé de vous. Je n’ai pas écouté un album en particulier, plutôt plein de sons sur Spotify, YouTube donc je ne sais pas ce qui est dans l’album ou pas… Mais j’ai trouvé ça mortel. Il y a un côté rap, un côté Radiohead aussi, c’est énorme, trop bien.

Dan (Kitch) : Il y a un côté math-rock un peu. C’est ça qui m’avait surpris au début, ce côté un peu math, et en même temps métal. J’ai bien kiffé aussi donc belle découverte, grâce à Eloïse et Alice.

Comment définiriez-vous le style de l’autre ?

Album Lifedrop de Wheobe

Léo (Kitch) : Ohlala… Bah on va faire simple : nous c’est de l’indé et eux c’est de l’indé [rires] ! C’est hyper compliqué ! C’est ça qui nous a plu chez vous, c’est pas facile de trouver un groupe qui mélange plein de trucs. Nous c’est un peu comme ça qu’on se voit, on aime bien mélanger plein de choses et on a l’impression que vous aussi.

Matthias (Wheobe) : On a le même truc. A chaque fois qu’on fait une première partie ou qu’on joue avec un autre groupe, on n’arrive jamais à trouver un truc qui colle vraiment dans le sens où il y a toujours une correspondance. Avec vous on s’est dit ça va être une date trop chouette.

Léo : Je pense que ça va être une belle soirée, les gens vont en avoir pour leurs oreilles.

Dan : Moi j’avais eu un retour de vous de Sacha Rosenberg, parce que vous avez fait l’Olympic je crois. Je l’ai au téléphone il n’y a pas très longtemps et il m’a dit « mais punaise faut absolument que vous jouiez ensemble ». Il nous suit depuis un petit moment. On nous a pas mal charriés parce qu’on ne savait pas se définir [rires]. Maintenant on dit rock alternatif !

Vous semblez chacun influencé par le rap sur vos albums respectifs (« Trippy » sur NEW STRIFE LANDS, « Phusis » et « gacc » sur Lifedrop). Quels sont vos influences et inspirations dans ce style ?

Swann : On revendique vachement d’influences rap en effet. Kendrick Lamar c’est notre grosse influence, que je saigne depuis des années. Dans ce qui se fait en rock-rap, on a évidemment écouté Rage Against The Machine. En termes de flow, je trouve que c’est un monstre absolu Zac de la Rocha (chanteur de Rage Against The Machine). Je pioche un peu dans tout. En ce moment je suis en musiques urbaines à l’ENM donc j’écoute plein de trucs. Mais Kendrick j’y reviens tout le temps.

De votre côté Kitch, j’ai également décelé pas mal d’influences rap sur votre dernier album… Et puis il y avait un morceau rap sur votre album précédent.

Léo : Ouais carrément, avec Mazoo. Bien sûr, on en écoute énormément. J’écoute du rap depuis hyper longtemps, les gars aussi. Sur cet album il y avait cette envie de montrer qu’on fait tous un peu de la prod, on bosse tous avec d’autres artistes et d’autres gens. De mon côté je fais des prods de trap, de hip-hop. Forcément, un moment, c’est tombé dans Kitch, on a commencé à répéter, à faire un nouveau morceau… Au début, je ne l’assumais pas ! J’étais le petit blanc, aucune street cred, qui arrive et qui fait du rap [rires] ! En fait, quand tu vois comment le hip-hop est en train de devenir la référence, la musique la plus écoutée, la plus consommée, tu te dis “tout le monde en fait, pourquoi pas moi ?”. On écoute du Kendrick, Vince Staples, on est des gros fans. Tout le rap américain ! Mais aussi les Français ! On peut citer Benjamin Epps, Alpha Wann, toute la clique, la Seine Zoo, tous ces trucs là. Moi j’écoute même du Disiz, Niska, Hamza

Votre dernier concert en tant que spectateur ?

Matthias : Hier soir, on était au CCO de la Rayonne. C’est SOS Méditerranée qui organisait ça et il y avait Digre, un artiste lyonnais et une première partie dont j’ai oublié le nom.

Léo : Moi j’ai vu la semaine dernière un groupe qui s’appelle Dead Chic.

Wheobe, au complet : Oh mais c’est de chez nous ça ! C’est une dinguerie !

Léo : On jouait juste après eux et je déteste aller voir des concerts avant de jouer, j’aime pas me prendre du son dans la gueule avant de monter sur scène. J’étais en train de fumer une clope et j’entends le premier morceau. Je me dis « c’est quoi ce truc ? ». Je suis rentré dans la salle et je suis resté tout le concert, j’ai pris une tarte ! Le son de guitare, mon Dieu !

Matthias : En fait à la base c’est un duo guitare-chant et quand ils jouent en live, il y a un batteur studio de Paris et le claviériste vient de Besançon.

Léo : J’ai discuté avec lui, il est super cool ! Moi c’était ma grosse tarte, je pense sincèrement que c’est celle de l’année.

Dan : Je vais faire la promo pour les copains. Avant j’étais un gros digger, je faisais 2-3 concerts par semaine avant le covid. Faut que j’y retourne, faut que je ressorte. Le dernier que j’ai fait, c’était Lazzzy au Sonic. C’est des copines mais c’était le premier et le dernier concert parce que le projet s’arrête. Pour la petite anecdote, j’en pleure encore aujourd’hui mais j’avais des places pour le concert de Damon Albarn à la Philharmonie de Paris. J’avais pris des billets pour le Sri Lanka et j’étais persuadé que c’était le 4 et en fait c’était le 6 et je partais le 5 au Sri Lanka. Donc j’ai loupé Damon.

Swann : Ma dernière claque récemment c’est les Wet Enough?. Ils viennent de Besac, ils font un espèce de jazz avec un peu de disco, un peu de house. C’est ultra perché et ultra violent, techniquement, et dans les arrangements.

Un artiste avec lequel vous aimeriez collaborer ?

Album NEW STRIFE LANDS de Kitch

Matthias : Squid. Tout entier. De A à Z.

Léo : Ah bah bien sûr.

Dan : Je vais rester sur Damon mais je suis un gros fou de Blur, j’adore le son de Graham Coxon (guitariste de Blur), il travaille sur des BD’s en ce moment, il fait de la musique avec. Ce mec j’ai envie de le voir, de parler avec lui.

Léo : Moi c’est Jack White. Qui ne voudrait pas se retrouver dans un studio avec Jack White ?!

Swann : Moi j’ai peur.

Léo : Ouais de ouf moi aussi, je me pisserais dessus ! Mais j’avais que des affiches de lui, toute ma jeunesse. Il est taré mais ce serait génial.

Dan s’adresse à Adrien (Kitch) : Toi ce serait Nils Frahm.

Adrien : Ouais.

Ivanoé : Oh ! Mon pianiste préféré.

Léo : On a des références bien similaires, ça va être une bonne soirée.

Dan s’adresse à Wheobe : Vous avez pas des gars vous ? Ou des filles d’ailleurs ? Qu’on ne défend pas assez…

Matthieu (Wheobe) : On parlait de pianiste, Tigran Hamasyan.

Léo : Le jazzeux qui parle [rires général].

Matthias : Je l’ai vu l’année dernière à Jazz à Vienne. On s’est mis aux barrières pour avoir le gros kick de son batteur. Il a un bassiste, c’est un métalleux, tu vas sur son Insta , y a que des pochettes de System of a Dawn. Tigran, il l’a pris comme ça en mode « je le veux lui ».

Léo : Tu vois, Damon Albarn, Tigran Hamasyan, Squid et Jack White, ça peut déjà donner un truc pas mal.

Dan : Je rajouterais bien Vanessa Paradis.

Votre dernier coup de cœur musical ?

Matthias : The Smile. On va les voir dimanche à Dijon, ça va être incroyable.

Dan : Un album qui m’a pas mal éclaté récemment c’est le tout dernier Tropical Fuck Storm. J’ai… Pfff… Wah. Je l’ai écouté deux fois de suite, ils m’ont surpris, ils sont revenus en force.

Thomas (Kitch) : Le dernier de Kendrick, classique. Il m’a mis une bonne tarte parce qu’il est reparti dans des trucs qu’il faisait avant et ça m’a beaucoup fait du bien. Typiquement le morceau où il s’engueule avec la nana. Je me suis mangé la tarte, je l’ai écouté cinq fois.

Swann : En plus indé, j’ai un pote qui m’a fait découvrir Joaqm. C’est un rappeur mais je n’arrive pas à mesurer à quel point il est connu, vraiment peu je crois. Je n’ai pas l’impression qu’il y avait ça dans le rap français avant lui. Il est complètement barré, perché, il a des voix hyper nasales, c’est vraiment particulier. À la prod, il se passe des choses qui n’existaient pas avant.

Dan : Le dernier Arthur H aussi, écoutez-le. Il a fait des prods, il se met à l’autotune… Il est encore là. Il fait des morceaux punks, il s’en fout totalement.

Léo : Il y a un mec que j’aimerais bien placer aussi c’est Ethan Gruska. C’est un mec qui vient du label de Bon Iver, 37D03D. Il a sorti un album de folk indé, à la Bon Iver, avec des voix, des machines, une voix d’ange. Il est suédois-américain et c’est juste atomique. Incroyable. Si on aime bien la folk comme ça, la folk Bon Iver, faut aller écouter ça.

PROPOS RECUEILLIS PAR BASILE HERVÉ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s