« La nuit où nous avons enterré Road Dog » : le mythe nord-américain

On a dévoré La nuit où nous avons enterré Road Dog, un roman publié aux éditions Les Moutons électriques dans un nouveau label intitulé Le Bateau-feu 🙂

Les Moutons Électriques est une maison d’édition française spécialisée dans la littérature SF, fantasy et fantastique fondée en 2003 à Lyon par l’auteur et essayiste André-François Ruaud, à qui l’on doit, parmi une vingtaine d’essais sur la littérature de l’imaginaire et quelques romans, l’excellent livre Cartographie du Merveilleux (un immanquable !).

On ne compte plus les auteurs et autrices ayant émergé via cette maison : Jean-Philippe Jaworski, Estelle Faye, Stefan Platteau, Jeanne Marièm Corrèze….

Et alors que les années passent en laissant le goût amer de la fermeture de leur défunte collection de la Bibliothèque Rouge, consacrée aux héros mythiques de la littérature populaire, on découvre avec joie qu’un nouveau label fait son entrée chez nos Moutons : Le Bateau-feu.

Le Bateau-feu inaugure la mise en lumière d’un genre littéraire qui ne parlera peut-être pas à tout le monde mais tout de même très attirant : le réalisme magique. Avec trois premiers titres pour démarrer le bateau, Les Moutons Électriques nous emmènent dans divers cadres historiques reconnaissables, pourtant traversés par des éléments surnaturels pour le moins étrange.

Et avec le roman La nuit ou nous avons enterré Road Dog de Jack Cady, c’est un road-trip cœur de la culture nord-américaine qui attend le lecteur !

On dit que les mystères du monde paraissent normaux, la nuit. Mais quand des fantômes commencent à apparaître aux extrémités de l’asphalte et que le célèbre Road Dog ne cesse de sillonner en boucle la route 2, c’est qu’il est temps de partir en chasse.

En à peine une centaine de pages, ce roman phare des années 90 nous plonge dans une Amérique à laquelle la littérature fantastique nous a peu habitués, illustrant à merveille la volonté d’un gars du Kentucky comme Jack Cady.

Un récit de prime abord complexe à appréhender, tant il nous sort de nos repères habituels, mais qui est loin d’être dénué d’intérêt tant il nous fait miroiter avec envie l’asphalte brûlant des routes désertiques d’une Amérique lointaine…

Alors, n’hésite pas à te laisser emporter par le Bateau-feu !

La nuit où nous avons enterré Road Dog, de Jack Cady. Publié aux éditions Les Moutons Électriques, 128 pages, 17€.

MORGAN CHARLES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s