« Presque », un film touchant sur le handicap, une ode à la vie

Avant le début de ma séance, je repensais aux craintes que j’avais vis-à-vis du film Presque et du sujet délicat qu’il désirait traiter sous un aspect pour le moins intriguant : le handicap moteur, dans un road trip feel-good. Je m’imaginais déjà une comédie dramatique dégoulinante de pathos mièvre, bonne à faire tirer la larme gratuitement tout en en se permettant de survoler son sujet, préférant avant tout faire pleurer plutôt que faire réfléchir.

Et pourtant, après 1h30, le constant est clair. Ce film est une totale réussite dans ce qu’il entreprend, si ce n’est plus. Alexandre Jollien connaît pour le coup fort bien son sujet, étant né infirme moteur cérébral des suites d’une strangulation par cordon ombilical, et ayant développé toute une réflexion à travers des œuvres littéraires complètes et réfléchies, telles que son Eloge de la Faiblesse. Dans une volonté de mettre en scène son propre vécu, lui et Bernard Campan, collaborateurs de longue date, offrent ici une comédie dramatique d’une justesse et d’une tendresse rare vis-à-vis du sujet qu’ils développent.

Copyright X Verleih

Ici, un homme handicapé se retrouve aux côtés d’un croque-mort durant une de ses missions à Montpellier, et bon gré mal gré, ce dernier n’a d’autre choix que de s’occuper de lui. Et là où le film pourrait aisément tomber dans le piège d’une comédie too-much dans l’humour ou bien inversement côté dramatique, le récit est maîtrisé de bout en bout, alternant diverses rencontres humaines exceptionnelles, à l’image d’une qui réussit à merveille à traiter le thème des relations charnelles quand on est une personne infirme. Le tout est affublé d’une sublime bande-son composée par Niklas Paschburg, débordante d’émotions mais pourtant minimaliste de par un usage sobre et efficace de guitare acoustique, de piano, de violons et de tonalités électro.

Copyright X Verleih

Finalement, on s’émeut aisément de l’humanité qui transparaît du récit et de sa simplicité à traiter un thème pourtant si complexe, dû tout simplement au fait de laisser l’histoire se dérouler sans scènes tire-larmes et en laissant avant tout les émotions pures prévaloir sur le handicap. On délaisse ainsi les poncifs éculés pour offrir une réflexion d’une efficacité totale sur le spectateur, mise en lumière par Igor, cet homme infirme désirant simplement montrer qu’il est bien plus autonome que ne veut bien le croire le monde qui l’entoure.

Presque est encore diffusé à Lyon au CinéDuchère. Fonces-y !

MORGAN CHARLES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s