Déplaçons des montagnes ! – La sélection littéraire de la Rédac’

Pour bien commencer l’année 2021, quoi de mieux qu’une sélection litté de l’Envolée ! Retrouvez nos livres coup de cœur, ceux qui nous permettent de déplacer des montagnes, de se sentir inspiré.e.s, puissant.e.s et déterminé.e.s. Et vous, à la lecture de quel ouvrage vous sentez-vous exalté.e ? (Bannière : © Lisk Feng)

Ambre : 

La rose la plus rouge s’épanouit, Liv Strömquist (2019)

Si vous faites partie des personnes qui ont un jour prononcé la phrase « De toute façon, je pense que je ne suis pas fait.e pour l’amour…« , Liv Strömquist vous invite gentiment à arrêter de vous auto-flageller et à l’accompagner blâmer la société capitaliste pour notre vision défaitiste (et terriblement moderne) de l’amour. Avec énormément d’humour et un talent démesuré, l’autrice de Les sentiments du prince Charles revient pour nous expliquer avec des mots simples des concepts complexes. Dans La rose la plus rouge s’épanouit, elle s’intéresse à notre manière de penser le couple et notre fâcheuse tendance à refuser de s’investir complètement dans nos relations amoureuses, à l’heure où la tendance est à l’amour de soi. En plus de soulever un thème plutôt inédit, cette bande dessinée a eu le pouvoir de réchauffer mon petit cœur de romantique complexée. Je vous laisse donc avec Liv, et je vais de ce pas combattre le pessimisme ambiant armée des mots de tous.tes les penseur.euses présent.es dans le livre ! 


Candice : 

Une chambre à soi, Virginia Woolf (1929)

« Une femme doit avoir de l’argent et un lieu à elle si elle veut écrire de la fiction ». C’est cette phrase qu’il faut retenir de cet ouvrage (qui est le rassemblement de conférences données par Virginia Woolf). L’objectif est de penser la relation entre les femmes et le roman. Classique intemporel, cet essai est d’actualité. Pourquoi si peu de femmes autrices ? Ou même, de façon plus large, si peu de femmes artistes, en comparant à la place que prennent les hommes dans ce milieu ? La lecture d’essais féministes me donne des envies de révolte et de soulèvement. Levons-nous pour nos droits et notre place dans ce monde !


Lucile

Culottées, des femmes qui ne font que ce qu’elles veulentTome 1Tome 2, Pénélope Bagieu (2016 et 2017)

S’il fallait choisir un livre qui me donne envie de déplacer des montagnes, c’est bien celui-ci. Car Culottées nous donne deux fortes émotions à la fois : nous sommes impressionné.e.s et en même temps révolté.e.s. Impressionné.e.s par ces femmes qui ont créé et accompli tant de choses. Mais à la fois révolté.e.s par ces femmes qui sont restées dans l’ombre jusqu’à que Pénélope Bagieu en parle, dessine leurs vies et leurs accomplissements. Si ce n’est pas fait, partez à la rencontre de toutes ces femmes à travers les deux tomes de Culottées, après ça, vous aussi vous aurez envie de déplacer des montagnes pour mettre davantage en avant le matrimoine oublié !


Isabelle :

Le prophète, Kahlil Gibran (1923)

En parlant de cet ouvrage autour de moi, je me suis rendue compte qu’il avait eu un impact sur plusieurs des personnes qui me sont chères, j’ai donc décidé de me le procurer. On suit un jeune prophète qui arrive dans une petite ville et qui répond aux multiples questions de ses habitants. Avec des mots poétiques et spirituels, Kahlil Gibran aborde une multitude de thématiques telles que l’amour, la tristesse, le manichéisme de nos sociétés, le rapport aux enfants… J’ai été submergée par cette façon si apaisée et réfléchie de voir les choses et de concevoir la vie. Le début de cette nouvelle année a été le moment parfait pour lire ce livre, pour m’inspirer et me challenger à vivre cette nouvelle année remplie de bonnes énergies, de bienveillance autant envers les autres qu’envers moi-même. Un livre à (re)lire et à offrir.


Pierre : 

L’alchimiste, Paulo Coelho (1994)

Loin d’être méconnu ou d’une grande rareté, L’alchimiste fait partie de ces petits bouquins que l’on retrouve souvent dans les boîtes à livres et toutes ces bibliothèques improvisées dans les parcs, où circulent en continu des ouvrages dont on veut se débarrasser ou parfois simplement partager avec des inconnu.e.s. C’est en tout cas comme ça que j’en ai fait la découverte, et ce livre fait très certainement partie de la deuxième catégorie, celle de ces œuvres que l’on veut transmettre. Le livre se présente comme un conte philosophique à propos d’un jeune berger espagnol qui entame un long voyage jusqu’aux pyramides d’Égypte, au pied desquelles il espère trouver un trésor. Le langage employé est extrêmement simple et efficace, ce qui en fait une œuvre très facile d’accès, et surtout très marquante pour quiconque est déjà parti de chez soi pour voyager, ou s’est pris à rêver d’accomplir de grandes choses. Cette histoire a quelque chose d’exaltant et d’universel, ce qui en fait une belle lecture pour qui veut se lancer dans ses passions.


Kaia : 

Pinocchio, Winshluss (2008)

Pour ce livre, je n’ai pas traversé des océans, non… mais j’ai traversé et retraversé Lyon, rien que pour trouver LA bonne édition ! Même si j’étais en date ce jour-là (le pauvre), j’étais prête à parcourir les librairies Gibert de France (des librairies d’occas’, oui : on peut dénicher des merveilles sans vider son porte-monnaie !). Je désirais l’ancienne édition et non la nouvelle, une exigence qui n’est pas celle de la gamine capricieuse, mais celle de la collectionneuse de pierres précieuses (car cette bande dessinée est un véritable joyau esthétique !). Si le titre vous évoque l’histoire toute mignonne d’une petite marionnette voulant devenir un garçon, chez Winschluss (qui vous est peut-être familier si vous avez vu Persepolis, co-réalisé avec Marjane Satrapi), ce n’est plus la même mélodie ! L’histoire dénote un petit peu c’est vrai : il la revisite, la modernise en remplaçant la marionnette par un robot, et réécrit aussi d’autres contes comme Blanche-Neige… le tout teinté d’une bonne dose d’humour noir ! Il n’y a ni dialogue ni texte, et c’est là tout le génie : l’auteur nous plonge dans les (més)aventures de Pinocchio seulement avec des images ! Cette bande-dessinée a tout pour plaire : des enfants maltraités, des guerres, du capitalisme à gros cigare ou encore des pingouins. Même si l’esthétique très sombre peut rebuter au premier abord (surtout si on est habitué et fidèle aux dessins tout mignons de Vanyda), l’histoire est incroyable, en plus d’être illustrée par un maître de la bande dessinée ! (Pour le date, il ne connaissait pas Pinocchio, cela lui a valu une note éliminatoire donc go acheter la BD pour ne pas commettre une erreur si fatale !) 


Marie :

L’insolente – Dialogues avec Pinar Selek, Guillaume Gamblin (2019)

Cet ouvrage est une discussion, sur la vie de Pinar Selek, désignée comme une sociologue, écrivaine, militante anti-militariste, féministe et libertaire (rien que ça). Pinar Selek est une insolente, surtout pour la Turquie, pays qui l’a vue naître, et où elle est désormais victime de répression, depuis plus de 20 ans. Elle est aussi insolente pour la France, son pays d’exil, où elle poursuit son combat de militante et d’universitaire. La lecture de ce livre permet de découvrir le portrait de cette militante acharnée, mais aussi de prendre la mesure des actions de groupes, de cette nécessité de créer des mobilisations communes. Un bel ouvrage pour retrouver cette nécessité, et comprendre ou confirmer sa pertinence pour nos sociétés.


Simon : 

Le Jeu de l’amour et du hasard, Marivaux (1730)

C’est une pièce qui me ferait déplacer des montagnes, que dis-je, oublier pendant un instant tout ce que l’on vit actuellement ! À travers un jeu de hasard pour découvrir l’âme sœur, Marivaux nous permet de croire au destin.

Retrouvez-nous le mois prochain pour une nouvelle sélection !

Article rédigé par la rédac’, sur une idée originale de Candice Grousset.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s