Aux Portes de La Nuit

Nous les avions interviewés il y a un an, à l’occasion de notre semaine spéciale rock. Ils faisaient partie de notre sélection d’EP à ne pas manquer, début mai. À la rédac de L’Envolée Culturelle, on aime beaucoup Vagues. Et la sortie de leur deuxième EP, Aux Portes de La Nuit, ce vendredi 23 octobre, nous donne une nouvelle occasion de vous en parler. (Bannière : © Aurélien Mariat)

Nous devions les retrouver dès avril pour ce deuxième EP. Les circonstances en ont voulu autrement et nous avons dû patienter quelques mois avant de découvrir Aux Portes de La Nuit. Trois ans après Depuis les Toits, leur premier EP, nous découvrons des morceaux plus profonds mais qui reflètent toujours le monde qui nous entoure. Ce choix d’écrire et de chanter en français nous plaît toujours autant, nous nous sentons plus proches des émotions et des pensées du groupe.

Aux Portes de La Nuit révèle donc une fois de plus l’identité musicale de Vagues. C’est comme si, ce deuxième EP était un peu la suite de leur histoire. Mais il marque aussi une certaine évolution et l’acquisition d’une certaine maturité autant musicalement qu’à travers les textes composés. En effet, nous remarquons des textes plus engagés comme nous pouvons l’entendre dans La Tempête, faisant un lien fragile mais paradoxalement fort entre l’homme et la nature : un morceau intéressant d’une part par sa composition et sa structure et d’autre part par ce texte et ses paroles. La Tempête est une évolution musicale constante composée d’une dernière partie forte dont le texte est totalement rempli d’émotion, d’énergie mais aussi de rage qui nous amène dans un univers bien plus assumé tout en gardant un aspect poétique omniprésent depuis toujours chez Vagues. 

“Qui sommes-nous face à ces immensités ?” La Tempête

© Isabel Lojo – EP Vagues « Aux Portes de La Nuit« 

Au bord du précipice 
Ce qui marque chez Vagues, c’est l’urgence dans laquelle ils nous plongent et qui s’accentue au fil des morceaux. Caractérisée par la voix aérienne du chanteur et les riffs omniprésents des guitares électriques, elle est à la fois symptôme et remède d’un trouble laissé libre à l’interprétation de l’auditeur.ice. Le cœur de Candice balance pour Grand Incendie, un texte qui peut parler à tou.te.s. Le rythme est d’abord lancinant, la guitare accompagne avec délicatesse et force les paroles mélancoliques. Puis c’est l’explosion, l’esprit comme la musique s’emballent pour entrer dans un tourbillon de violence et de spleen. Nous voyons le Grand Incendie comme la métaphore de ce monde où beaucoup de choses vont mal.

Nous avons hâte de pouvoir les (re)voir sur scène, dès que les conditions le permettront. Parce que Vagues c’est aussi une énergie folle ! 

© Aurélien Mariat

Retrouver le nouvel EP Aux Portes de La Nuit juste ici.
Vous pouvez aussi retrouver Vagues sur Instagram, Facebook, BandCamp et YouTube.  
Pour retrouver leur premier EP Depuis les Toits c’est juste ici.

Article rédigé par Ambre Bouillot, Candice Grousset et Lucile Sauverzac.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s